Année 2016

MAURIENNE - Le Grand Argentier

  • maurienne valfréjus savoiemontblanc alpestour
  • maurienne valfréjus ski randonnée savoiemontblanc alpestour
  • maurienne valfréjus ski randonnée savoiemontblanc alpestour
  • maurienne valfréjus ski randonnée savoiemontblanc alpestour
  • maurienne valfréjus ski randonnée savoiemontblanc alpestour
  • maurienne valfréjus ski randonnée savoiemontblanc alpestour
  • savoiemontblanc alpestour savoie

TARENTAISE - Rando à la grande Motte

  • tignes grande motte ski randonnée alpestour savoiemontblanc
  • tignes grande motte ski randonnée alpestour savoiemontblanc
  • tignes grande motte ski randonnée alpestour savoiemontblanc
  • tignes grande motte ski randonnée alpestour savoiemontblanc
  • savoiemontblanc alpestour savoie

   Dimanche 27 novembre, nous sommes tous excités comme des puces à l’idée d’aller faire de la randonnée à ski sur le massif de la grande Motte à Tignes. Excités à plus d’un titre car il y a du nouveau matos à essayer pour la plupart d’entre nous. Et puis il s’agit de la première vraie sortie de la saison 2016-2017.
En raison des énormes chutes de neige en Maurienne (plusieurs mètres en haute-Maurienne versant italien), le terrain est très risqué avec un indice maximum de 5.
Nous décidons donc de rejoindre la station de Tignes car le manteau neigeux est plus stable.
Mais au final, n’était-ce pas plus dangereux avec Amaury au volant de son audi a4, près à en découdre avec tous les usagers !!
Arrivé à Val Claret, Maurice, Christophe, Amaury et moi-même prenons un petit-déjeuner chez un artisan boulanger à la Griottine.
Mais à un moment donné, il faut y aller. Nous retournons à notre véhicule pour nous préparer. Et en quelques minutes, nous commençons l’ascension sur la piste du double M le long du TSD des Lanches. Nous montons précautionneusement sur la longue piste jusqu’à l’altitude 2850m au sommet du TSD. De là nous opérons une longue traversée en longeant le TSF de la Vanoise jusqu’à l’altitude 3000. Amaury et Maurice en restent là et Christophe part seul à l’assaut du sommet du téléphérique de la grande Motte à plus de 3400m. Après un instant de réflexion, je décide d’y aller également.

Les derniers hectomètres sont toujours difficiles et ça sera le cas encore aujourd’hui. Christophe m’attend au sommet, puis le temps d’une photo prise par une charmante demoiselle et de profiter de la belle vue sur nos massifs, nous enlevons nos peaux puis nous attaquons la descente.
La neige n’est pas facile à skier, Christophe me suit je lui donne quelques conseils puis entre 3200 et 3000, la neige devient très skiable mais toujours très froide. Nous nous doutions qu’Amaury et Maurice étaient redescendus, du coup nous repartons pour les 900 derniers mètres de dénivelé négatif.
Les sensations reprennent le dessus, bien qu’ayant du matos de rando, les mid fat et les fix diamir explore permettent d’envoyer un peu avec de beaux appuis en courbes de géant. Je frôle même les 100km/h à l’arrivée.
Nous rejoignons les 2 acolytes au restaurant. Après une bonne bière et un bon repas, c’est le retour à la maison.

Sortie plus que réussie. Mais attendez la suite au Grand Argentier en Maurienne, le terrain sera plus sauvage.

  L'album photo  Le lien GPX (Strava)

BAUGES - C'est la "poua" 

  • bauges margeriaz randonnée ski savoismontblanc
  • bauges margeriaz randonnée ski savoismontblanc
  • bauges margeriaz randonnée ski savoismontblanc
  • bauges margeriaz randonnée ski savoismontblanc
  • bauges margeriaz randonnée ski savoismontblanc
  • bauges margeriaz randonnée ski savoismontblanc

   Après de grosses semaines avec des températures clémentes, voici que le mauvais temps et le froid fait son apparition en un temps record. Au programme, beaucoup d'humidité, de fraicheur voire même de froid et d'abondantes chutes de neige en perspective. Ça tombe bien, j'ai pris un jour de congé pour commenter l'extension de ma terrasse. La veille, du gros mauvais temps est donc annoncé et je décide d'anticiper ma première sortie ski de rando dans les bauges. Le problème c'est que mon matériel est à Avrieux à une centaine de km de la Boisserette. Pas grave, dès la fin du taf, je décide de faire l'aller/retour pour récupérer mon matériel. 
Le lendemain matin départ 08h00 en direction de la station de Margeriaz. En théorie, 40mn de route, mais ça sera plutôt 50mn avec le délicat passage du col des près à 1143m d’altitude.
Arrivée à la station de Margeriaz, je laisse passer le chasse neige et je m’équipe. Seulement voilà, je viens de m’apercevoir que je n’ai pas mes gants, mes lunettes et mon bonnet.
Pas grave, on a vu pire, je trouve dans la voiture des petits sachets plastique transparent que j’enfile à la place des gants, je mets sur ma tête la capuche de la veste et je cligne des yeux pour simuler la présence des lunettes.
Je pars donc dans un bon 30cm de neige fraiche en direction de la piste des gelinottes dans une ambiance hivernale. Ne connaissant pas trop le secteur par cœur, je m’arrête au pied du mur du golet car cette partie trop soufflée par le vent met à nu le terrain par endroit. Avec le vent et le jour blanc, monter n’est pas un problème mais la descente serait trop hasardeuse.
Dommage car après avoir regardé le plan des pistes, j’aurais pu monter au sommet du TS du roc de la balme puis faire la traversée par l’échapade et revenir par le même itinéraire.
Le retour se fera par la section damée car il n’y a pas assez de pente pour bien s’amuser en hors-pistes de cet endroit.
Retour à la voiture, j’ai enlevé mes gants en plastique (même pas eu froid) et retour sur la boisserette en voiture avec la très périlleuse descente du col des prés.

  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

CHARTREUSE - Dernière croix de l'alpe de la saison

  • le fayet la croix de l'alpe isère savoie savoiemontblanc automne
  • le fayet la croix de l'alpe isère savoie savoiemontblanc automne
  • le fayet la croix de l'alpe isère savoie savoiemontblanc automne
  • le fayet la croix de l'alpe isère savoie savoiemontblanc automne
  • le fayet la croix de l'alpe isère savoie savoiemontblanc automne
  • le fayet la croix de l'alpe isère savoie savoiemontblanc automne  magicshine

 
  Après une ascension assez tendue à la croix de l’alpe avec Valérie le 6 mai dernier, je décide de remettre le couvert pour 1500m de dénivelé sans temps mort jusqu’au sommet.

Initialement, je devais rouler à la Chambotte le matin, mais le temps couvert, frais et humide en a décidé autrement. Désolé Jean-Sébastien. On aura d’autres occasions.

Départ donc sous le soleil et un peu plus de chaleur qu’au petit matin, mais passage à l’heure d’hiver oblige, je ne devrais pas trop tarder et revenir avant la nuit. En tout cas, on va essayer. Au cas où un problème surviendrait, j’ai pris mon éclairage avant (Un Magicshine certifié à 1300 lumens et un éclairage rouge arrière à 80 lumens, ainsi qu’une batterie), un kit de premier secours, une couverture de survie et mon application Uepaa ! en cas de gros problème.

L’ascension au départ du Fayet commence par un faux plat de 2km puis une terrible grimpée à Sainte Marie du Mont sur 6km avec de forts pourcentages (entre 10 et 16) et un peu moins de 600m de dénivelé.

50mn plus tard j’en termine, puis seconde partie jusqu’au parking de la croix de l’alpe avalé assez rapidement (40mn).

A partir de cet endroit les choses sérieuses commencent. Il faut donc avoir un peu de réserve sous la pédale pour arriver à cette croix de l’alpe. Le sentier commence à se dresser, le revêtement de la piste change un peu et devient plus rugueux, plus piégeur plus de tout quoi ! A la Cabane de l’allier ça se redresse encore un peu plus mais la motricité des pneus aident pas mal. Le vélo se comporte de façon excellente et heureusement.

Juste avant l’ascension finale du col de l’alpe, je remarque que le sentier est modifié. En effet, certaines parties pierreuses ont été lissées à la barre à mine et cela me facilite le passage.

Jusqu’au col, même topo, certaines parties ont été cassées, la plupart des marches en bois ont été supprimées, le sentier complètement reprofilé. Mais soyons clair, il est difficile de réussir la montée sur le vélo. En électrique peut-être.

Une fois arrivée au col, je dépasse un groupe de randonneur puis j’attaque le final jusqu’à la croix. Au sommet, je récupère un peu, j’admire le paysage magnifique sur les 360°, je discute avec des lyonnais. Puis je m’équipe et j’entame la descente.

Etant seul, pas question de faire du zèle à la descente, d’autant plus que la forêt devient de plus en plus sombre.

La descente sous le col de l’alpe, c’est-à-dire traditionnellement le plus délicat à cause des traverses en bois n’est plus qu’une formalité. Mais attention car à la place on se retrouve avec des cailloux pas encore bien ancrés au sol et au passage du vélo, ça ressemble à un roulement à billes.

A la cabane de l’allier, on connait, quelques épingles au début, quelques passages en devers sur des racines et on arrive vite au parking.

A partir de ce parking, la forêt s’épaissit et l’utilisation de l’éclairage est conseillé car la lecture du terrain doit se faire dans de bonne condition. C’est d’autant plus important que la quasi-totalité de la descente jusqu’au Fayet se fait sur un lit de feuille qui cache bien des pièges.

Jusqu’à Sainte Marie du Mont, puis jusqu’au Fayet, on a du tournant, du raide, du devers, quelques épingles beaucoup de feuilles, des cailloux, du raide, du très raide et… des chasseurs qui tirent à tout va. Prudence dans le sentier de St George, c’est la partie la plus délicate de la descente.

Ce parcours est un incontournable du coin. Mais après l’avoir parcouru en partie dans la pénombre, il retrouve un gros intérêt ludique pour ceux qui le connaissent bien. Car n’oubliez pas que rouler de nuit en vtt nécessite de connaitre le sentier et l’avoir réalisé de nombreuses fois pour bien le mémoriser.

En revanche la Croix de l’alpe en full Moon, pourquoi pas, mais à plusieurs et bien accompagnés.


l'animation 3D  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

MAURIENNE - Le Solliet d'en Haut sous la neige

  • solliet avrieux maurienne savoiemontblanc alpestour strava garmin scott
  • solliet avrieux maurienne savoiemontblanc alpestour strava garmin scott
  • solliet avrieux maurienne savoiemontblanc alpestour strava garmin scott
  • solliet avrieux maurienne savoiemontblanc alpestour strava garmin scott
  • solliet avrieux maurienne savoiemontblanc alpestour strava garmin scott
  • solliet avrieux maurienne savoiemontblanc alpestour strava garmin scott
  • savoiemontblanc alpestour savoie

 
  Avec ce temps qui change si rapidement, il est possible d’avoir en début de semaine des conditions hivernales en montagne avec beaucoup de neige, puis en l’espace de 48h une remontée des températures qui nous permettent de déjeuner à l’extérieur à 1000m d’altitude !
En ce joli dimanche ensoleillé qui fait suite à une semaine extrêmement froide pour la saison, j’ai décidé d’aller tutoyer la limite haute de vie des résineux et retrouver un univers minéral que j’aime bien.
La neige étant présente à partir de 1700m, j’ai choisi un terrain que je connais parfaitement afin de mettre toute les chances de mon côté. Un rapide coup d’œil sur la webcam d’Aussois a permis de constater que je trouverais de la neige permanente au-delà de 2000m.
Je pars donc d’Avrieux vers 08h00 pour le Solliet d’en haut qui culmine à plus de 2100m d’altitude.
Pour mon ascension, je décide de passer par le village de l’Esseillon et le pont du diable afin de rejoindre la grande montée de près de 1000m de dénivelé positif.
L’ambiance est froide et en plus le parcours se trouve en totalité sur l’ubac, c’est-à-dire le versant le plus froid.
Le passage vers l’Esseillon est une formalité et j’arrive très rapidement au pied de la grande montée. J’ai pour l’occasion pris un sac à dos de ski de rando car j’ai pas mal de matériel et textile. J’apporte également mon Reflex Nikon qui pèse un bon kilogramme.
A l’altitude 1700, je tombe sur un groupe de chasseurs aussoyens qui m’indique que la route est relativement gelé au-dessus et qu’il fait déjà -3°c.
Après un instant, je reprends la route et effectivement cela devient bien tendu car sur les 2 derniers kilomètres de la piste carrossable, tout est blanc et gelé. Je n’arrive pas trop mal à m’en sortir. Il me reste cependant 150m de d+ bien raide à escalader pour arriver dans un premier temps au Solliet d’en bas,puis le final au Solliet d’en haut. La neige est de plus en plus présente mais en forêt cela reste acceptable et surtout très rouable pour la descente. Après quelques photos et admiration devant la vue qui s’offre à moi, je prends le chemin de la descente avec pour les premiers lacets des passages bien grisants avec des pneus qui tiennent bien sur la neige et la glace.
Je prends la direction du Gelevet puis le sentier des voutes descendu de façon expéditive pour arriver à la traversée du chemin de la cascadelle.
Après une succession de belles épingles je retrouve la D1006 un bref instant pour terminer par la Samboëtte, le grand et le petit jet.
Le parcours est terminé à 11h30.
En résumé, une sortie bien rentable et même si on est loin des magnifiques parcours de casse massion, des encombres, cela reste très ludique et appréciable.  


l'animation 3D  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

MAURIENNE - Casse Massion dans la Froideur de l'Automne

  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • karellis maurienne savoiemontblanc savoie alpestour vtt mountainbike froid freeze mountain alps french france
  • savoiemontblanc alpestour savoie

  Ce matin on repart en Maurienne. Dans cette belle vallée, nous y serons tranquilles pour pratiquer du VTT. Et pour être vraiment certain de ne pas être dérangé, on va monter assez haut, à plus de 2500m d’altitude. Ça tombe bien, il fait froid et on ne verra que les chamois… et quelques chasseurs tout de même.
Le départ est donné à 09h00 pétante des Karellis. Le parcours est le même :  en direction du lac de Pramol, le secteur de la Plagne avec la montée soutenue à 20% pour atteindre le col de Charroute.
Cette ascension est plaisante, mais la température négative nous réduit les temps de pause car il ne faut pas se refroidir. Mes pieds et mains commence un peu à s’engourdir. Nous restons tous groupés et au col, nous faisons une petite halte dans la cabane du Télésiège des Chaudannes. On y est à peu près au chaud, à l’intérieur la température semble être positive. Après avoir essayé non sans mal et sans succès de préparer du café avec les moyens du bord, on se prépare pour la traversée menant à Casse Massion via le col des têtes. Nous restons aux environs de 2400m d’altitude durant cette froide jonction en crête. Les pelouses herbeuses sont toutes blanchies par le givre.
A la croix, nous commençons la superbe descente vers le Bochet. Nous passons progressivement d’un univers minéral et froid vers des secteurs boisés et frais. Le soleil perce, la température monte progressivement mais pas de manière fulgurante. Nous devrons attendre les 1200m pour avoir 4°c alors qu’au sommet nous avions entre -2 et -5°c.
La descente est une succession d’épingles sur des sols différents : schistes, lauzes, terre, épines, feuilles, cailloux concassés, racines… tout y passe pour le bonheur de tous.
Le froid que nous avons subi nous a un peu fait perdre de notre lucidité. Malgré quelques chutes collégiales dont une spectaculaire de Vincent provoquant un bruit semblable à un départ précipité sur des branches mortes et cassantes de biches et cerfs… nous sommes avons tous terminé avec la banane.
Casse Massion reste toujours dans le top 5 des meilleures sorties de Savoie.


l'animation 3D  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

MAURIENNE - Le Petit col des Encombres

  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • maurienne vtt savoiemontblanc alpestour garmin
  • savoiemontblanc alpestour savoie

  Dans la série « bonne sortie avec départ de nuit » je veux : le petit col des encombres depuis Saint Michel de Maurienne.
Et oui, les jours raccourcissent et on s’en rend bien compte le soir. Mais le matin également. L’aube débute désormais vers 06h55 ce qui pose un sérieux problème lorsqu’il est prévu de rouler 33km avec 1800m de dénivelé et de finir au grand max à 11h du matin.
Que faire ? Rouler plus vite ! Impossible, j’aurais pu il y a des années mais là c’est impossible.
Rouler de nuit ? Pourquoi pas ! En plus j’ai pas mal d’expérience dans ce domaine (Course d’endurance 24h des crapauds, vélo de route au Marocaz à 23h00 !! Pas mal de sorties avec les potos vers Pragondran depuis une dizaine d’année et j’ai même roulé en vélo de route par -1°c de nuit avec de la grêle, mais ça faut pas que ça se sache, ma moitié n’apprécierait pas.
Aller, c’est adjugé. Hier soir donc j’ai mis en charge le plus gros éclairage que je possède : un Magicshine MJ-872 avec 1600 lumens (1300 garantie) 

Ce matin, départ très tôt direction St Michel de Maurienne. Je suis pile poil dans les délais et je débute avec 3mn de retard sur l’heure prévue (06h03) ça y est j’ai déjà la pression… La première heure se fait à l’éclairage car c’est vraiment la nuit noire.

Quelques voitures me dépasse. Arrivé à la Planchette, après quelques portions à 18/20% et est déjà 07h20. Je ne m’arrête pas et je continu direction le petit col des encombres.

L’ascension se fera tranquille sur un rythme de 500m/h et je vois même le soleil se lever sur les montagnes de la Maurienne et la Meije !! tout un spectacle.

Je passe certaines parties en poussant le vtt là ou en normalement je pédale, mais le départ de St Michel laisse des traces.

Arrivé au col, je me prépare et je me lance dans l’arène aux centaines d’épingles. Rapidement mon tubeless arrière perce et je dois poser une chambre à air. Je repars mais comme je suis seul, je n’engage pas trop. Aujourd’hui c’est plaisir.

Comme d’habitude, ce parcours est magique et l’arrivée sur St Michel de Maurienne est unique : passage sur des marches, escaliers, rues étroites, que du bonheur. Au final, j’ai respecté les délais mais je n’attends qu’une chose : Lily pour aller y tourner de belles images.


l'animation 3D  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

TARENTAISE - La (méchante) Dent du Villard

  • tarentaise vtt villard bozel savoiemontblanc savoie
  • tarentaise vtt villard bozel savoiemontblanc savoie
  • tarentaise vtt villard bozel savoiemontblanc savoie
  • tarentaise vtt villard bozel savoiemontblanc savoie
  • tarentaise vtt villard bozel savoiemontblanc savoie
  • savoiemontblanc alpestour savoie

 Sous l’impulsion des sorties précédentes, on remet le couvert. Il faut en profiter car le temps est relativement chaud et sans précipitations.  
Cette fois-ci direction la Tarentaise et plus précisément à Bozel, point de départ de la sortie de la Dent de Villard.
Il s’agit d’un sommet culminant à 2285m (sur la carte IGN) avec plusieurs difficultés que ce soit à la montée comme à la descente.

Petit aparté sur cette sortie car je devais être de retour à la maison pour 12h00. Outre le calcul du temps de montée, de descente ainsi que le transit Chambéry -> Bozel aller et retour en voiture, je me suis arrangé pour commencer à rouler à l’aube ou plutôt l’aube civile. Dans wikipédia, l’aube civile est je cite «le moment à partir duquel il y a suffisamment de lumière pour que les objets environnants soient identifiables et que les activités de commerce puissent commencer. Elle est définie de façon formelle comme le moment à partir duquel le soleil est à 6° sous l'horizon le matin »
Mais il faut calculer cette heure précise ou je peux commencer à rouler sans éclairage et suffisamment tôt pour ne pas perdre de temps. Un site internet m’a calculé qu’à BOZEL ce 11 septembre, l’aube civile commence à 06h41.
Je suis donc arrivé pour 06h35 et j’ai commencé à rouler à 06h54. Je confirme qu’à 06h41 ; effectivement on peut commencer à rouler sans phare et même en sous-bois mais que 10mn avant, c’est plus délicat. Je garde donc ce lien sous le coude pour les prochaines sorties.

Revenons au déroulé de la sortie : Mise en jambe très longue et ce n’est pas plus mal pendant 3km environ sans gain/perte de dénivelé importante avant d’arriver sur la route de Courchevel que j’emprunte sur environ 3km jusqu’à la sortie de Saint bon, puis direction la Jairaz pour très vite prendre de l’altitude jusqu’au lac de la Rosière 700m de dénivelé plus haut. Cette partie « Jairaz-Lac de la Rosière » est assez physique puisqu’il faut pousser à pas mal d’endroit. Je préfère prévenir car sur certains sites, les topos indiquent que tout passe sur le vélo jusqu’au sommet, ce qui est faux pour le commun des mortels. 

Avec des passages à 20% et quelques obstacles sur plusieurs hectomètres, il est préférable de descendre du vélo et la suite nous donnera raison.

Arrivé au magnifique lac, on bifurque sur la gauche pour le final : 5km et 740m de d+, autant est franc : plus de 14% de moyenne avec des passages à 18/20% autant dire que là aussi, les challenges, il y en a et il est quand même préférable dans certaines portions de monter à pieds car il faut garder des forces et de la lucidité pour la descente.
Finalement le sommet arrive assez vite mais attention à cette montée, il y a des passages aériens et il faut être très vigilant. Je le répète, soyez vigilant.

Du sommet, on pousse un peu jusqu’à arriver à la table d’orientation et là c’est une vue impressionnante sur les glaciers de la Vanoise de Gébroulaz, de Courchevel, du Mont-Blanc et de tout le massif du Mont Jovet qu’on a pile en face.

Après quelques photos, c’est le moment de la descente. Les premiers hectomètres sont extrêmement périlleux : le sentier est étroit, très étroit et il y a de la pente. Méfiance et vigilance. Ce passage reste un grand moment de vélo car on à l’impression de rouler sur une corde avec du vide autour !!

La descente jusqu’à Bozel alterne des portions avec des épingles extrêmement serrées, des lignes droites, du pentu, du trialisant, un peu de route forestière sur la fin, mais très peu et globalement toujours un sentier très étroit qui nécessite une attention de tous les instants : le bord amont du sentier reste très haut et il ne faut pas toucher le cintre et la pédale de ce côté-ci, sinon la suite n’est pas garantie.

N’hésitez pas à descendre du vélo dans les épingles serrées. De toute façons vous n’êtes pas filmés ni payé pour faire ça, alors pas de risques.

Le secteur de Bozel est donc plus riche en singles qu’il n’y parait. Après le massif du Mont Jovet et ses multiples variantes, en face la dent du Villard est tout aussi excellente !

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

MAURIENNE - Le Grand Truc (de dingue)

  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • savoiemontblanc alpestour savoie

 
  Comme à l’accoutumé, un départ très tôt le matin pour une sortie comme celle-là est la garantie d’être quasiment seul sur le parcours avec des températures fraiches et une ambiance de montagne très singulière.
C’est donc à 07h00 du matin que le Genius 700 prémium commence ses premiers tours de roues sur la commune de Saint Collomban des villards avec comme objectif l’ascension du Grand Truc.
Les premiers kilomètres sont très rassurants et permettent une montée en température du corps et des articulations tout en douceur (quoi qu’un petit passage à 18% au tout début fait monter le cardio).
Après 9 virages et un peu plus de 8.5km de roulage, les choses se compliquent un peu : des passages à plus de 30% qu’il faut bien évidemment monter à pieds, vélo sur le dos. Après 20mn et 800m de montée linéaire, la pente permet de remonter sur le VTT pour rejoindre la côte 2086.
Encore un lacet délicat puis le sommet arrive enfin et même plus rapidement que prévu.
Avec un peu plus de 500m/h, ce qui est honorable car rappelons le, il s’agit d’une sortie plaisir, une longue crête de près d’1 km très ludique m’attends. Cerise sur le gâteau : une magnifique vue sur la vallée de la Maurienne et ses sommets mythiques comme les aiguille d’Arves, la Scolette, Le Glacier de St Sorlin (réalisé la semaine dernière), la station de la Toussuire, du Corbier.
Dommage que mon drone ne soit pas encore là car il y a de quoi faire de belles images.
Voici maintenant venu le temps de la Descente. Le rituel habituel se prépare. Je me concentre, pose mes équipements de protection (coudières, genouillères) et j’active le mode « Détection d’accident » de Uepaa !

Cette application à la particularité de détecter l’absence de mouvement de mon smartphone et déclenche une alarme sonore au bout de 10mn. Puis si rien ne se passe, le smartphone envoie le signal de détresse avec les coordonnées GPS au centre d’appel de Zurich qui essaie de me contacter. SI je ne réponds pas, mes contacts préférés seront appelés et en fonction le support Uepaa ! déclenchera l’envoie des secours sur place.
Comme je roule seul, pas question de jouer les imprudents. Le sentier est un peu humide, il y a plus de 60 épingles à passer et ça ne se passe pas sur un terrain de foot ! Il s’agit d'une vraie descente bien engagée avec de sévères pentes qu’il faut bien négocier. De toute façon, la montagne ne fera pas de cadeaux.
Tout se passe bien, je prends beaucoup de plaisir et mon génius est parfait dans cet exercice.
Le final est sublime avec en prime le passage d’un magnifique pont en pierre avant la remontée à St Collomban. Quelques dizaines de nose turn plus ou moins efficaces et la fin est proche.
Que dire de plus, c’est encore une sortie majeure en Maurienne comme il y en a bien d’autres.
Dans les semaines suivantes, la montagne va se préparer pour affronter l’hiver et les couleurs vont progressivement changer. On sera là pour essayer de faire de belles photos dans ces beaux paysages de la vallée.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

MAURIENNE - Le Glacier de Saint Sorlin

  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike

 
 Initialement cette sortie devait m'amener sur le haut du glacier en VTT au col des Quirlies à plus de 3000m d'altitude.
Sur place, pour des raisons de sécurité, l'ascension de près de 2500m linéaire sur le glacier de St Sorlin n'a pas été réalisé en VTT mais à pieds.
Seulement voilà, les glaciers reculent et perdent en volume et en superficie. Ils chauffent et même très tôt le matin. Ils deviennent plus fragiles, instables et malgré ma progression seul à pieds je pense avoir pris de gros risques. C’est la raison pour laquelle je profite de cette expédition et de cette expérience pour vous mettre en garde

 Le VTT sur un glacier à proscrire même à plusieurs.

En revanche, si vous décidez de poser votre VTT et progresser sur un glacier à pieds, il est fortement recommandé d'être à 2 personnes minimum et encordés à 15m corde tendue.
En effet, il peut-y avoir des crevasses recouvertes par de la neige (pont de neige) et pouvant céder sous votre poids et vous y entrainer au fond. La progression doit donc se faire très tôt le matin car la neige est encore dure.

Je suis arrivé au col de la croix de fer vers 06h15. Il faisait encore nuit et on voyait déjà à l'horizon en direction de la haute-Maurienne poindre le lever du jour. Des randonneurs commençaient activement à se préparer.
Certains ne comprennent pas pourquoi partir à une heure si matinale ? Le début du jour est merveilleux. La nature se réveille, le soleil se lève, la température y est fraiche et idéale. On est seul, ou presque. Et on sait qu'avant midi, tout sera terminé et qu'on pourra profiter de l'après midi "ailleurs"
A 06h34, je débute ma sortie. Après une courte traversée d'un kilomètre, les choses sérieuses commencent et la pente se raidie fortement en avoisinent les 20%. Mais à allure réduite avec un petit développement, tout passe sur le vélo sans aucun problème. Cette ascension de 3.5km d'environ 40mn m'amène sur le haut du plateau à moins de 5mn du refuge de l'étendard.
Là, c'est déjà un moment étonnant. On voit  au loin le glacier et les lacs "Bramant" et "Blanc".
Il y a un effet particulier qui invite à dire que l'arrivée au glacier sera rapide, mais il faut se méfier des apparences. C'est une vraie sortie "Vélo de Montagne" qui commence et le glacier est très loin.
Arrivée au refuge, je rencontre des pécheurs qui s'approchent comme moi des lacs. D'un côté des canes à pêches, de l'autre un VTT. J'adore cette ambiance.
Certains ont planté leur tente à proximité des lacs et dorment encore. D'autres prennent leur petit déjeuner au pied des lacs au "doux" bruit des sonnailles des vaches.
Je quitte cette ambiance de moyenne montagne pour m'engager après le dernier lac dans du sérieux : Je m'approche tout doucement de la moraine. Le glacier y était présent en 1900, mais a depuis reculé de 1km et à perdu plus de 50m en hauteur. Cette dernière partie entre le lac Blanc et le pied du glacier s'escalade pour les marcheurs en 1h20. Il faudra un peu plus de 40mn en VTT et cette portion montante est très intéressante.

Me voilà donc au pied de ce Glacier. De prime abord, je n'ai pas trop envie de m'y aventurer car la présence de ce mastodonte de glace est assez effrayant. Il vie le bougre et marcher sur la glace sans savoir ce qui se passe dans ses entrailles me fait frissonner un peu.
Je décide quand même d'y aller. La glace est omniprésente, marcher est délicat. Je fais rouler mon VTT à côté mais je me décide au bout de 500m de le laisser car je sais qu'il sera dangereux de rouler avec. je géo localise la position du Genius avec le Garmin et je poursuis seul.
Je distingue au loin un groupe de 6 personnes. Je m'empresse de les rejoindre et cela me rassure. Il y a 2 guides, un couple et 2 enfants. Equipé de casques, baudriers, crampons, cordes, je m'aperçois qu'avec mes modestes chaussures en semelles Vibram et mon casque VTT, cela est très insuffisant voir suicidaire. Je les laisse pour enfin arriver au col des Quirlies à 3001m ou 3008m ou 2993m selon les cartes. Le spectacle est magnifique.
Je mange un bout et je redescends rapidement. Je croise de nouveaux les alpinistes et rejoins mon VTT laissé seul sur la grande étendue de glace. Puis, je repars et dès que cela est possible j'enfourche le Genius pour le retour sur la terre ferme.
Une fois sur le VTT, c'est parti pour une séance sur le sentier de la moraine. C'est super joueur, pas mal de cailloux, il faut être très vigilant et malgré les randonneurs surpris de voir un cycliste passer ces nombreux obstacles à cette altitude, tous les franchissements passent impeccablement bien. Je rejoins très rapidement les lacs mais sur le sentier rive droite cette fois-ci. La vue est génialissime et les montagnes se reflètent avec une précision d'un copier/coller tellement l'eau est pure et transparente. Le sentier est excellent, sans trop d'embuches avec de légers dévers quelquefois, mais on est en montagne...
Les 4 derniers kilomètres sont assez raides car c'est une trace directe que je prends. Puis retour calme au col de la Croix de Fer.
Un superbe parcours à faire et pourquoi pas l'automne car les couleurs doivent êtres un ton au-dessus, mais je m'arrêterais au pied du Glacier car s'y aventurer est trop dangereux.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

MAURIENNE - Tour du Massif de la Grande Paré

  • valloire vtt savoiemontblanc maurienne alpes rochilles
  • valloire vtt savoiemontblanc maurienne alpes rochilles
  • valloire vtt savoiemontblanc maurienne alpes rochilles
  • valloire vtt savoiemontblanc maurienne alpes rochilles
  • glacier maurienne savoiemontblanc alpestour vtt mountainbike

 
 Mercredi 24 août au petit matin, alors qu'en plaine et en fond de vallées, la canicule est annoncée, avec Valérie nous décidons de prendre de l'altitude et de la fraicheur du côté de la Maurienne et plus précisément à Valloire.
Au programme, un joli parcours  au départ de la station village qui nous invite à la découverte du massif de la Setaz.
1200m de dénivelé positif et 28km, cela parait simple sur le papier.
Pour la première partie jusqu'à plan lachat, c'est à dire environ 10km et 650m de dénivelé positif, nous ne prenons pas la route goudronnée comme tous les cyclistes partis à l'ascension du col de Galibier, mais longeons le torrent de la valloirette. Le paysage est sublime et les sommets comme la haute Paré, les aiguilles d'Arves, la Roche d'Olvera ou encore le grand Galibier, nous transporte au delà de ce que nous avions pu imaginer. Loin de la route goudronnée, nous sommes véritablement "ailleurs"
Dès notre arrivée à Plan Lachat, un second gros morceau nous attend : L'ascension au Col des Rochilles. Plus de 6km et 500m de dénivelé positif dont 15 épingles sur une route gravillonneuse et en plein soleil. Ce soleil qui commence à briller très fort sera fatal à Valérie qui décide d'arrêter et de rebrousser chemin. Je décide de continuer seul et donne un rendez-vous à ma compagne du jour pour 14h30 devant le salon du 4X4 à Valloire.
Après donc les 10 dernières épingles, l'arrivée au camp des Rochilles est un moment surprenant, mais lorsque le lac du Gran Ban se montre dès le col des Rochilles, on se demande pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de réaliser cette sortie. Je regrette l'absence de Valérie car elle aura loupé ce que dans le jargon des alpistes nous disons "la sortie de l'année".

Vers 12h30, un déjeuner express à proximité du col de la Plagnette (j'ai d'ailleurs oublié mon couteau opinel outdoor mais je fourni les coordonnées GPS à qui me le rapportera), je repars donc pour un peu de grimpette avant la redescente par le GR de pays du tour du Mont-Thabor et je laisse sur la droite le magnifique sommet de l'aiguille noire avec uniquement de la descente.

Mais n'allez pas dire qu'en VTT, lorsque le dénivelé positif est réalisé, il suffit de laisser aller jusqu'à la fin du parcours, car cela est une erreur et le retour sur Valloire avec ses 1100m de d- n'a pas été un parcours de routine. Bien technique au début, on contourne ensuite aux ruines de la Borgette des amas de cailloux de toutes tailles bien ancrés sur le monotrace qui ne laisse aucun choix : il faut régulièrement descendre de son vtt. Ensuite, plusieurs kilomètres en sentier balcon sans perdre d'altitude ou très peu. C'est interminable, mais l'espoir de la bonne descente bien rentable apparait près des "diseurs". La sortie se termine peu avant 14h00.

En résumé, une sortie 5* à couper le souffle tellement le territoire est magnifique. Rien à jeter pour les yeux du début à la fin. Niveau sentier, quelques passages sympas, mais dans l'ensemble il ne faut pas s'endormir et rester très vigilant car il y a de très nombreux pièges sur le chemin du retour.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

TARENTAISE - Le Cochet, un parcours majeur

  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • 3vallées vtt mountain bike alpes alpestour savoie tarantaise
  • savoiemontblanc alpestour savoie

 
  Faire la sortie du dimanche un lundi, quelle drôle d'idée ! C'est pourtant ce qui s'est passé ce lundi 22 août en compagnie de Cédric. Ce fabuleux parcours se mérite tout de même car il ne faut pas moins d'une heure et vingt minutes pour arriver au petit village du Chatelard tout près de Saint Martin de Belleville.
L'un des gros avantages de ce parcours est qu'il est excentré par rapport à l'activité et la présence humaine de la population des 3 vallées en général et de la vallée des belleville en particulier. 
La première partie du parcours c'est ni plus ni moins qu'une piste forestière avec 30 virages à escalader pour arriver à la cote 2000 soit en gros 640m de dénivelé positif en passant par Téton. Puis une très belle traversée montante pour rejoindre le col de la fenêtre à 2131m (un petit poussage/portage de 30m est nécessaire). 
Le point de vue, nous l'aurons en rejoignant la croix des prisonniers à 2023m. Un belvédère à couper le souffle sur toute la vallée des belleville, le Mont-Blanc, le secteur du Mont Jovet etc...
Après un petit retour sur nos pas ou plutôt sur nos roues, nous commençons la très exigeante première partie de la descente : de belles épingles dans un environnement très vertigineux et expo. Attention, ne pas hésiter à passer les premières épingles à pied, car en cas de chute, ça sera la dernière ! Ensuite, le monotrace devient plus franchissable et sans danger mais bien technique avec les bords montant au niveau des mollets. Méfiance donc à bien rester concentré. 
Arrivé au Biolleys d'en bas, nous rejoignons rapidement l'intersection à l'épingle n°9 que nous avions emprunté précédemment. 
Nous repartons donc pour une nouvelle ascension de 300+ de dénivelé positif mais cette fois si, il ne reste que 15 épingles jusqu'à l'altitude 1900m environ. 
La seconde descente est de toute beauté. En effet, ce monotrace nommé "La Frachette" au départ transversal et en faux plat descendant ressemble un peu à la philosophie du sentier Paul Mougin à St Michel de Maurienne avec de belles épingles bien rudes à aborder. Ensuite ça se complique car la pente est là et nous avons même un joli point sur un empilement de 4 traversées ! 
Le retour au Chatelard n'est pas encore terminé car la longue traversée descendante réserve bien des surprises techniques sympathiques. 
Avec 1200m de dénivelé positif et autant de négatif, ce sentier méconnu est vraiment attrayant et est même un parcours majeur à faire absolument. Attention toutefois à ne pas se surestimer car certaines parties sont très exposées et extrêmement raides. La chute peut être fatale.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

TARENTAISE - Les 7 mercenaires au Mont Jovet

  • mont jovet savoie vtt mountainbike savoiemontblanc
  • mont jovet savoie vtt mountainbike savoiemontblanc
  • mont jovet savoie vtt mountainbike savoiemontblanc
  • alpestour mont jovet savoie vtt mountainbike savoiemontblanc
  • alpestour mont jovet savoie vtt mountainbike savoiemontblanc
  • savoiemontblanc alpestour savoie

 Dans le style de sortie vtt en Savoie il y a les traditionnelles randonnées "saucissons" annuelles sur des sentiers très connus et archi fréquentés. Et puis il y a des sorties que l'on nomme "premiums" ou "majeures". Elles sont toujours très difficiles à accomplir car rudes, techniques, demandant de la force et de la lucidité. C'est sur le second choix que nous avons décidé de nous rabattre. 

Nous c'est : Fabien, Amaury, Maurice, Kevin, Jean-Sébastien, Vivien et Emmanuel.

Au départ en ce dimanche matin, nous devions escalader le Mont Jovet via le refuge du même nom, puis effectuer la traversée des crêtes jusqu'au roc du Becoin, le mont de la Guerre puis un retour vers Bozel, notre point de départ. 

Sur environ 2000m de dénivelé positif et logiquement autant de négatif avec une extraordinaire traversée des crêtes, ce parcours devait être l'accomplissement de ce pour quoi on pratique le vélo de montagne. 

Même si pour des raisons de sécurité, de fraicheur de l'équipe, nous avons décidé de ne pas réaliser les crêtes, le parcours de repli concocté par Jean-Sébastien a été à la hauteur de nos espérances. Nous avons en effet pris le secteur de la forêt de la Cour qui nous a imposé une magistrale leçon de pilotage en nous offrant des sentiers rudes pour nos bécanes et leurs pilotes.

Avec un peu plus de 1700m de d+, quelques chutes, mais ni bobo ni casse, nous revenons avec de très bon souvenirs de ce joli coin de paradis.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

HAUTE-MAURIENNE - Le méconnu Moure Cobroute

  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • moure cobroute alpestour barbier avrieux maurienne
  • savoiemontblanc alpestour savoie

Dans les sommets qu'il faut réaliser au moins une fois dans sa vie, le moure Cobroute est un incontournable en haute-Maurienne. Situé sur la commune d'Avrieux et juste à côté du col du Barbier, il domine la vallée et surplombe magestueusement le village d'Avrieux. Face à ce sommet, la reine du vallon (La scolette) et ces 2 compères la pointe de longecôte et la pointe de la Norma tel une muraille protegeant la frontière italienne se dressent comme une invitation au voyage, à la découverte. 
Bien que le col du barbier soit un passage obligé pour rejoindre le refuge de l'orgère depuis Aussois, la plupart des vététistes enpruntent le GR5 sans se douter qu'une descente majeure de 1200m de dénivelé négatif se trouve juste en dessous. N'en disons pas plus
Le départ commence en zone herbeuse et dans une goulotte ou un couloir d'avalanche assez exigeant et très direct, puis le sentier sort de cette goulotte pour se dessiner petit à petit. 
De 2300m à 1900m, nous sommes en prairies et l'extraordinaire vue sur la vallée et les massifs est permanente. 
Arrivé à la tête de conduite à 1885m d'altitude, nous enpruntons un second sentier, celui des côtes qui propose quelques épingles délicates et qui s'engoufre ensuite dans la forêt de pins cembro. Le revêtement d'abord en terre, puis jonché de bovates devient plus doux et au fur et à mesure de la descente, on a la sensation d'evoluer dans les alpes de haute-provence. Le terrain est très sec, les essences parfumées du sud de la france remontent à nos narines. 
Après avoir franchi la route d'Aussois, le sentier remet le couvert et se durçi avec quelques pierres et dalles jusqu'à la cascade Saint Benoit. 
La fin du parcours pour revenir jusqu'au village est elle aussi bien sympathique.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

MAURIENNE - La Demoiselle Coiffée D'Albiez Le Jeune

  • albiez maurienne
  • albiez maurienne
  • Albiez saint jean de maurienne alpestour
  • Albiez saint jean de maurienne alpestour
  • Albiez saint jean de maurienne alpestour
  • savoiemontblanc alpestour savoie

Vendredi 27 mai, un rare jour avec du soleil et une température de saison. Je charge le porte vélo et le Génius sur la Mégane Gt et je file en direction de Saint Jean de Maurienne. L’objectif du jour est en 2 étapes : Le Moine de Champlan et la Forêt de Rieubel.
Pour atteindre ces 2 points, au départ de St Jean de Maurienne, je dois m’attaquer à 13 km d’ascension en direction d’Albiez le jeune. La route est très agréable car avec 47 virages, pas de risque de monotonie comme pour le relais du Chat.

6.5% de pente moyenne, à VTT c’est le bonheur car le cardio ne monte pas trop dans les tours.

Le cœur va pas mal, entre 171 et 181 bpm, c’est un peu plus rapide qu’une soirée techno mais ça tape moins dans le corps et même si je frôle le i5 à plusieurs reprises, c’est le bonheur.

Une fois à Albiez le jeune, je continu quelques hectomètres pour me diriger vers le moine de Champlan. C’est une très jolie demoiselle coiffée de 25 mètres de hauteurs à qui l’on doit du respect. Placé sur le sentier des légendes, elle réussit à dompter la gravité et fait face avec beaucoup d’aplomb aux aiguilles d’Arves.

Après une pause déjeuner, on repart pour la seconde partie : la forêt du Rieubel. Le sentier du même nom est assez délicat sur les 20 premières minutes car il faut franchir le ruisseau du même nom à 4 reprises mais avec pas mal de pente et ensuite la casse de Mont Tissot qui a totalement recouvert le monotrace sur un bon hectomètre et 6m de haut arrachant sur son passage la forêt.

Cette partie est d’ailleurs relativement dangereuse et je vous invite à ne pas y aller seul voire ne pas y aller du tout. N’étant pas informé de ce danger et ne pouvant pas faire demi-tour, j’ai dû prendre des risques pour continuer.

Cependant, la suite du sentier commence à s’aérer un peu et à prendre des couleurs de sous-bois très agréables avec une note de jaune, vert fluo vraiment singulière.
La fin du parcours a été momentanément délicate car la trace gps prise sur vttour.fr était vraiment à chier (excusez du terme) car tracée à la main sur une carte avec la précision d’un dinosaure.
 
En définitive un circuit à faire au moins une fois, mais on préférera les mythiques sentiers d’en face j’ai nommé les ardoisiers et le Char d’Osset.

L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

MAURIENNE - La vidéo de l'Oula et du Char d'Osset

Des virages à gauche, à droite, puis à gauche, des passages en sous bois, aériens, sur des lozes etc... Voici en vidéo notre résumé de l'après midi du 16 mai en Maurienne. A la cam, Amaury. 

MAURIENNE - Le lac de la Grande Léchère

  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike aiguilles d'arves
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike aiguilles d'arves
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike  aiguilles d'arves
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike  lac de la grance lechère
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike les aiguilles d'arves
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike aiguilles d'arves
  • Maurienne commune de la chambre vtt mountain bike

Encore une fois la Maurienne est à l’honneur, non pas que cette vallée est accessible relativement rapidement depuis le bassin chambérien, mais surtout parce que l’on y trouve des top parcours, les meilleurs spots de la Savoie si vous préférez.
Le départ est situé sur la commune de la Chambre et plus particulièrement à proximité du terrain de pétanque communal. D’ailleurs dès notre arrivée en voiture, nous fûmes surpris de voir autant de monde. Nous n’avions pourtant pas communiqué sur notre évènement. Alors si ce n’est pour nous encourager, que faisaient-ils ici ? Un concours de pétanque bien évidemment.
Avec nos machines, pour atteindre le lac de la grande Lechère, il nous a fallu batailler car le revêtement bitumeux frôlait les 16% de pente et la route fut longue. Mais que c’était beau : Col de la Madeleine, Cheval Noir, Le Grand Truc, Les aiguille d’Arves, nous en avons pris plein les yeux. Du bleu/blanc/Vert, les couleurs principales en Maurienne au printemps, à ne pas confondre avec le blanc/Blanc cassé/Gris pale de la région parisienne !!
Dès notre arrivée en guise de cadeau de bienvenue : le lac de la grande Lechère. Une ambiance 5*
Nous nous sommes équipés pour les 1250m de dénivelé négatif et là ça n’a pas été de tout repos. Des pelouses humides, sèches, du monotrace bien étroit, des épingles, de la pente, oui très forte pente surtout sur le dernier tiers du parcours ou le vélo et le bonhomme sont à la limite de la rupture et du retournement facial !!
Au final un parcours qui même s’il ne vaut pas un char d’Osset ou Casse Massion est dans la lignée des descentes exigeantes et sévères et qui offre sur la partie montante un spectacle de toute beauté.



L'album photo

La sortie (Garmin Connect)

MAURIENNE - Epingles à gogo sur 2 sentiers mythiques

  • La Norma, La scolette, Le Solliet, la benne plinier
  • Sur le sentier de l'oula en maurienne
  • Sur le sentier de l'oula en maurienne
  • Sur le sentier du Char d'osset en maurienne
  • Sur le sentier du Char d'osset en maurienne

Après un départ tardif du bassin chambérien, la dream team se dirige avec confiance et détermination pour une partie d'épingles à gogo. Mais avant la descente, il faudra mériter la terrible montée vers la station des Karellis. Après 11km et 1000m de dénivelé positif, on se prépare dans la bonne humeur à une partie de pif paf sur l'un des sentiers les plus attractif du secteur : L'Oula. Plusieurs dizaines d'épingles se succèdent et malgré une fin de week-end bien chargée, armés de nos machines à franchir les pentes les plus raides, nous rejoignons rapidement le Bochet. 

Mais nous n'en avons pas assez, aussi, après un bref tour de table, nous décidons de repartir au départ d'un sentier inconnu de nos montures : le Char d'Osset.  Dès le départ le ton est donné : virages aériens, sentier semé d'ardoises tranchantes que nos pneus et rayons doivent éviter à tout prix, passages techniques, un peu de vide autour de nous... Après une belle course de plus de 600m de dénivelé négatif, nous arrivons à la fin de notre partie. 

Encore une fois, la maurienne regorge de sublimes terrains de jeux. 

En attendant la vidéo, on se permet quelques recommandations : 

Sortez avec des vélos entretenus, portez un casque, n'hésitez pas à descendre de votre vélo le cas échéant si le sentier est trop raide. Ne sous estimez pas le relief et le terrain, il peut cacher des pièges, ralentissez au passage de randonneurs avec un petit "bonjour, merci", ça fait toujours plaisir, ramassez vos déchets... et on peut encore en citer. 


Sortie Garmin connect : L'oula


CHARTREUSE - Croix de l'Alpe tendue en VTT

  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike
  • croix de l'alpe vtt chartreuse alpestour vtt mountainbike

Soleil et chaleur au rendez vous de ce vendredi 6 mai. Au programme, une croix de l'alpe. 

Malgré la neige bien présente, nous avons décidé avec Valérie de tenter l'ascension de ce sommet de Chartreuse. Départ de Ste Marie du Mont à 1000m d'altitude pour une sortie d'environ 1000m de dénivelé positif. 

La montée traditionnelle jusqu'au parking ne pose aucun soucis, puis jusqu'à la cabane de l'allier, ça se raidi un peu. 

L'assaut final, sera donné dans la neige avec une montée exigeante, vélo sur le dos jusqu'au col, puis poussage jusqu'à la croix. 

Moment singulier avec cette dame qui voyant Valérie porter le vélo dans la neige et sur une forte pente s'exclama "Mon dieu" !!

Spéctacle magnifique au sommet, comme à l'accoutumé, mais avec les sommets enneigés, c'est plus rare.  On prend notre temps, on regarde pour capter un maximum d'énergie et de sérénité avant la descente. 

La descente, sera freeride sur les 200 premiers mètres de dénivelé négatif. Nous n'avons pas pris le sentier des marches car trop pénible en dévers avec la neige qui enfonce, non, nous préférons partir en direction d'une petite combe voisine en espérant que la descente ne soit pas plus galère, mais ça passe pas mal hormis un otb, faute à la roue avant qui s'est totalement dérobée sous le poids pour disparaitre entièrement sous la neige. 

Dès que nous avons retrouvé la terre ferme, la descente jusqu'à Ste Marie, puis par le sentier de St George ne sera q'une formalité, mais du grand plaisir tout de même. 

Une sortie en définitive comme on les aime avec de l'imprévu et de la glisssssse 5* 



CHARTREUSE - Une sortie à haut risque sur les contreforts du Granier

  • éboulement granier chartreuse savoie isère Pas de la Porte dans le massif du Granier
    Exclus
  • éboulement granier chartreuse savoie isère Pas de la Porte dans le massif du Granier
    Exclus
  • éboulement granier chartreuse savoie isère Pas de la Porte dans le massif du Granier
    Exclus
  • éboulement granier chartreuse savoie isère Pas de la Porte dans le massif du Granier
    Exclus

En ce samedi matin 30 avril, alors que le temps est beau, mais la pluie annoncé pour le début d'après midi, Vincent et Manu décident d'escalader la piste forestière en direction du pas de la Porte sous la partie nord du Granier. 

Cela ne requiert pas trop d'efforts physiques, quoi que, 1000m de dénivelé en ce début de saison, ça reste pas rien. 

Lors de notre ascension, Vincent a été le premier à entendre ce bruit qui caractérise des chutes de pierres. Nous l'avons entendu tout au long de la montée. 

Une fois au départ, les bruits avaient cessé. Ce n'est qu'au bout des 10 premières minutes de descente que nous avons rencontrés sur notre parcours, d'énormes blocs que pierre et une forêt dévastée avec des arbres arrachés. Les traces étaient fraiches. Lors de la seconde partie de notre descente, sur la route du col du Granier, nous avons rencontrés des locaux en train d'observer des chutes de boue et de pierres depuis le trou du diable. Au final la sortie a été bien réussie puisque la pluie a commencé à tomber lors de notre arrivée au lac St André. Le lendemain matin, nous apprenions que le secteur ou nous avions ridé était interdit par arrêté préfectoral suite aux éboulements. 


Les photos de la sortie

Sortie Strava


Feed Facebook