Année 2017

Seul sur (la combe de) Mars

  • savoiemontblanc alpestour savoie
  • savoiemontblanc alpestour savoie mountainbike alps french bauges
  • savoiemontblanc alpestour savoie mountainbike alps french bauges
  • savoiemontblanc alpestour savoie mountainbike alps french bauges
  • savoiemontblanc alpestour savoie mountainbike alps french bauges

  Dans quelques semaines aura lieu la STL VTT. Avec un départ en début de soirée, les 71 km et plus de 1600m de dénivelé devront être avalés de nuit. Il faut donc se préparer physiquement et se mettre dans la même ambiance. 
C'est donc avec un départ de nuit que j'ai commencé le premier entrainement pour cet évènement et ce n'est que la seconde sortie VTT de l'année. 
La levée du corps est toujours difficile. Pas beaucoup dormi, dehors il fait froid et il va falloir affronter la nuit. Mais par expérience je sais qu'une fois sur le vélo, tout sera différent. 

Départ donc pour 04h43 et on entre dans le vif du sujet avec la traversée de la combe de Mars en pleine forêt. Tout se passe bien et je rejoins très vite la route goudronnée pour la quitter de nouveau au Verney. 

Puis une longue jonction de goudron jusqu'au lac de la Thuile. 
L'éclairage fonctionne bien, la mécanique aussi. Passé Nécuidet, il fait 0°c et j'ai les genoux et les pieds gelées.

Le lac de la Thuile est magnifique comme le paysage des Bauges à l'Aube. 

Je remonte au col du Mont puis je rejoins la Manettaz et là, le soleil traverse la forêt avec une multitude de couleurs. C'est très reposant et magique. Je m'arrête un instant, je contemple puis je repars. 

Très vite j'arrive au pied de la descente. Près de 7 ans que je ne suis pas passé ici et la dernière fois j'ai eu une chute mémorable. 
Cette fois-ci c'est une descente plaisir et pas soutenu. De plus j'ai la caméra et le gyro-stabilisateur sur le harnais donc la chute est à proscrire. 
Cette descente est vraiment impressionnante par sa longueur, sa qualité et son dénivelé. Mais j'arrive vite à Montmelian. 

Grace à la cartographie du Garmin Edge 1000, je trouve une sentier balcon dans les vignes en hauteur qui me permet de rejoindre Chignin très facilement en évitant la circulation automobile. 

Puis retour à la Boisserette pour 07h30. Tout le monde dort encore et à cette heure, j'en ai déjà pris plein les yeux. 


  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

La pointe des marmottes noires

  • alpestour savoiemontblanc tarentaise rando ski marmottes
  • alpestour savoiemontblanc tarantaise rando ski marmottes
  • alpestour savoiemontblanc tarantaise rando ski marmottes
  • alpestour savoiemontblanc tarantaise rando ski marmottes
  • alpestour savoiemontblanc tarantaise rando ski marmottes
  • savoiemontblanc alpestour savoie

  Samedi 28 janvier 2017. Le gros coup de froid a pris fin. La température au petit matin a bien pris 7°c par rapport aux jours précédents. Kevin, Jean-Sébastien et moi partons en direction de N.D. de Briançon dans la vallée de la tarentaise. Max nous rejoint et nous arrêtons nos véhicules à la côte 1167m au-dessus du village de Villard Benoit.

La neige est présente à cette altitude et nous partons en direction de l’objectif du jour : le mont BELLACHA situé à 2484m d’altitude.

Le parcours a été modifié compte tenu de l’horaire à respecter pour un retour à Chambéry vers 14h30 maxi et aussi à cause de la fraicheur de la troupe. Perso j’ai accusé le coup avec mes mid-fat et fixation freeride qui s’ils sont excellents en descente font le poids de 2 paires de skis light !

Le premier objectif est de suivre une piste forestière en direction de la Freidaz d’en haut, puis de remonter le long du vallon au pied de la roche brisée jusqu’à la côte 1662m avant d’entamer l’ascension périlleuse de 300m de dénivelé avec de difficiles conversions dans les arcosses.

De là, on se dirige dans la combe du pas de la mule pour atteindre la pointe des marmottes noires.

Pas de difficultés majeures hormis sur les 50 derniers mètres avec un peu moins d’accroche sur une pente se raidissant un peu.

Au sommet, le vent et le froid se font très insistants aussi, nous nous équipons très rapidement pour la descente. Nous avons tout de même le temps d’admirer la magnifique vue sur la combe de Savoie et tous les sommets alentours.

Les premiers virages commencent dans un très joli couloir  accessible et suffisamment large pour progresser en sécurité.  Ce couloir s’évase en direction de la combe des marmottes noires sur une neige froide en plein « jour blanc » ce qui rend les appuis et l’anticipation difficile.

Dans ces cas-là, il ne faut pas trop skier à l’engagement, mais un poil en appui talon afin de conserver un petit peu d’appui au niveau de la spatule, bref, juste ce qu’il faut.

La neige devient par endroit très sympa à skier avec même encore une bonne poudreuse.

Nous rejoignons notre itinéraire de montée pour redescendre par un secteur bien délicat au milieu des arcosses. Nous doublons très rapidement un groupe de randonneurs également sur le chemin du retour.

La fin du parcours fut agréable et bien skiable mais déjà le réchauffement du manteau neigeux nous a demandé des efforts notamment vers la freidaz d’en haut ou nous sommes descendus au pied du torrent. Il nous a fallu passer en mode « sanglier à la recherche de fruits forestiers » pour récupérer notre chemin et retrouver une neige très humide et collante jusqu’à notre point de départ.

Encore une belle sortie impulsée par notre ami Jean-Sébastien. On a hâte de poursuivre nos aventures en Savoie Mont-Blanc…

 

 

 


  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

Pif paf au Morbié

  • savoiemontblanc alpestour savoie bauges morbié ski randonnée
  • savoiemontblanc alpestour savoie bauges morbié ski randonnée
  • savoiemontblanc alpestour savoie bauges morbié ski randonnée
  • savoiemontblanc alpestour savoie bauges morbié ski randonnée
  • savoiemontblanc alpestour savoie bauges morbié ski randonnée
  • savoiemontblanc alpestour savoie bauges morbié ski randonnée

   15 janvier 2017. La température extérieure est glaciale, mais la troupe est motivée. Nous nous retrouvons au parking non loin de la « Grangerie ». Dehors, ça pique : -13.5°c. Nous ne sommes plus habitués à de telles températures.
Kevin, Jean-Sébastien, Vincent et Emmanuel se préparent pour un pif paf autour du Mont Morbié. Nous partons en direction de « chez Ginet » puis remontons un sentier déjà bien enneigé en sous-bois pour atteindre le premier sommet (Pré Condut) à 1378m. Pour rejoindre le Mont Morbié (1543m) nous effectuons une longue traversée de 2000m. Le brouillard est toujours avec nous pourtant on sent poindre le soleil juste au-dessus, mais nous ne le verrons jamais.
Dès notre arrivée et après quelques instants d’inactivité, le froid nous prend rapidement. On s’habille et on s’équipe pour la descente. Bon sang il y a toujours du « bakin » ou brouillard si vous préférez.
Nous attaquons la descente en direction de Routhennes qui se trouve 700m plus bas. Les premiers virages sont toujours hésitants car il faut bien tester la sous couche et la qualité de la neige. Et il faut dire qu’elle n’est pas mal cette neige. Une petite couche de 20 à 30cm et on se régale. Le profil de la descente n’est pas très pentu mais il y a de quoi prendre de la vitesse et faire de belles courbes sur des successions de clairières et sous-bois. C’est vraiment très ludique
Nous arrivons très vite au bas de notre descente. On refait le parcours dans le sens inverse jusqu’au Morbié puis la descente par la noire jusqu’au parking de la station.
Le bilan : Un enneigement inespéré après la débâcle de décembre sans précipitation. Un parcours de 11km et 1325m de dénivelé avec un Mont Morbié escaladé à 2 reprises. Joli parcours.

  L'album photo  Le lien GPX (Garmin Connect)

Feed Facebook